Plastique circulaire, une approche axée sur les ressources
Le futur de l’industrie
03 Novembre 2022
circular plastic

Le plastique est néfaste pour l’environnement : tout le monde le sait et chacun fait des efforts pour l’éviter, ou au moins pour mieux le trier. Pourtant, il est encore essentiel dans de nombreux domaines. C’est en effet le cas pour la conception des câbles en raison de ses propriétés exceptionnelles : mécaniques, diélectriques, transformabilité, durabilité…

Le problème réside dans la mauvaise gestion des flux de déchets qui mettent en danger les écosystèmes à travers le monde :

Pour faire face au volume croissant de plastique produit, utilisé et jeté, les industries doivent évoluer vers un modèle entièrement circulaire dans lequel les produits plastiques en fin de vie ne sont pas jetés mais transformés pour créer de la valeur. L’innovation, la réglementation et la collaboration internationale sont nécessaires pour permettre cette transition.

Outre les problèmes de pollution et de gestion des ressources, les matières plastiques ont un impact sur les gaz à effet de serre. En effet, le kilo de polyéthylène produit en Europe pour la fabrication de plastique a une empreinte carbone d’environ 1,8 kg d’équivalent CO2.

Matière plastique : polyvalente et inévitable

La production de plastiques à l’échelle industrielle a véritablement commencé dans les années 1940 et a rapidement augmenté dans les années 1950. Plus de 8 milliards de tonnes de plastiques ont été produites dans le monde depuis 1950, ce qui en fait un matériau manufacturé largement utilisé (Geyer et al., 2017).

Les plastiques offrent divers avantages, tels qu’un rapport résistance/poids élevé et la possibilité d’adapter leurs propriétés physiques pour être durs ou mous selon les besoins. Cette polyvalence et cette durabilité, associées au faible coût de production des plastiques, sont la principale raison pour laquelle les plastiques sont actuellement utilisés dans presque tous les secteurs.

Une transition nécessaire vers le plastique circulaire

Aujourd’hui, presque tout le plastique est dérivé de matériaux fabriqués à partir d’énergie fossile (principalement du pétrole et du gaz). Cela pose plusieurs problèmes :

Selon l’OCDE, “la pollution par les plastiques augmente inexorablement alors que la gestion des déchets et le recyclage laissent à désirer”. En effet, on estime que seuls 9 % des déchets plastiques sont recyclés, et que 22 % sont mal gérés. En raison de la durabilité et de la résistance du matériau, les déchets plastiques restent dans l’environnement et mettent des décennies, voire des siècles, à se décomposer naturellement. Ils entraînent la perte de la biodiversité et l’altération des écosystèmes (MacLeod et al., 2021).

Heureusement, une transition des matériaux plastiques est possible :

  • Le recyclage : bien que le recyclage soit actuellement la solution la plus simple et la plus utilisée pour transformer les déchets plastiques en nouveaux produits, des efforts peuvent être faits en termes de tri et de séparation. Parmi toutes les voies de recyclage, on distingue : la réutilisation simple (réutilisation directe des déchets au sein des processus de fabrication par exemple), le recyclage mécanique (broyage/pulvérisation après un tri/séparation par exemple) et le recyclage chimique (dissolution, dépolymérisation ou conversion). Ces technologies permettent d’aborder le recyclage de la grande famille des plastiques avec différents niveaux de complexité et de qualité.
chemical recycling technologies infographic
© Cefic – Infographie montrant comment les technologies de recyclage chimique peuvent contribuer à passer d’une économie linéaire du plastique à une économie circulaire.
  • Bioplastiques : Les plastiques biosourcés et biodégradables ont la capacité d’améliorer la circularité et de minimiser les émissions de dioxyde de carbone causées par l’utilisation de matières premières fossiles conventionnelles. Ces biomatériaux peuvent être soit des plastiques classiques fabriqués à partir de matières premières biologiques (polyéthylène de canne à sucre par exemple), soit des biomatériaux directement présents dans la nature (amidon, plastifiants biosourcés…).
  • L’éco-conception : Le principe de l’éco-conception consiste à prendre en compte l’ensemble du cycle de vie du produit, des matériaux utilisés jusqu’à sa récupération et son recyclage et d’en tenir compte très tôt, c’est-à-dire dès la conception du matériau. Cela signifie par exemple utiliser des matériaux recyclés ou biosourcés, augmenter la durée de vie des produits, sélectionner les matériaux pour faciliter le recyclage, diminuer le poids des plastiques utilisés…

Nexans et les plastiques circulaires

Le défi majeur de l’activité industrielle est de limiter drastiquement l’impact sur l’environnement. Trois grandes questions sont liées entre elles :

  • l’impact sur les gaz à effet de serre et le climat,
  • l’impact sur les ressources, notamment le cuivre et l’aluminium ainsi que les matières plastiques,
  • l’impact sur la biodiversité, qui nécessite la substitution de certains additifs (par exemple les substances REACH) et la maîtrise de l’ensemble du cycle de vie afin de limiter et d’éliminer la pollution.

Les défis environnementaux sont au cœur du développement des solutions de câblage de Nexans. Nous nous engageons à réduire l’empreinte environnementale de nos câbles grâce à la sélection des matériaux. Plus que jamais, Nexans vise à inventer des matériaux innovants qui allient éco-conception, performance, durabilité et recyclabilité.

Étendre l’utilisation des matériaux recyclés

L’incorporation de matériaux recyclés dans les nouveaux produits est un défi pour toutes les industries. Nexans a lancé une initiative à l’échelle du groupe visant à utiliser 30 à 60 % de plastiques recyclés dans les différentes familles de câbles de la chaîne d’électrification.

Recycler nos déchets

Nexans s’efforce d’améliorer le recyclage des câbles en fin de vie et propose de collecter les déchets de ses clients par le biais de Nexans Recycling Services. Par ailleurs, Nexans a pour objectif de recycler 100% de ses déchets de production d’ici 2030, dans une dynamique d’économie circulaire. Le tri et la valorisation des déchets plastiques sont aujourd’hui au centre de plusieurs projets de R&D pour répondre à tous les points de blocage (ex : anciens additifs, séparation des mélanges plastiques, recyclage des polymères réticulés…).

Eco-conception de nos câbles

Les efforts actuels de valorisation des câbles existants en fin de vie mettent en évidence des problèmes de fond liés à leurs conceptions complexes ou à leurs différents composants. Les nouveaux produits sont désormais créés avec une forte volonté d’éco-conception, notamment :

  • Limiter et remplacer les substances dangereuses,
  • Développer des matériaux plastiques plus facilement recyclables,
  • Simplifier la conception des câbles,
  • Améliorer la durée de vie des câbles.

L’innovation sera la clé de la transition d’un modèle linéaire à un modèle circulaire pour les matières plastiques. Elle nécessite le développement de technologies spécifiques, mais devra également inclure des éléments de la chaîne d’approvisionnement et du modèle économique qui ne seront possibles que grâce aux écosystèmes.