Transition énergétique

Comment l’électrification peut stopper les changements climatiques

L’électrification est au cœur de la transition énergétique. Mais en quoi consiste-t-elle exactement et quelles en sont les implications pour les opérateurs des réseaux et des systèmes de distribution ?

Si vous demandez ce que signifie la « transition énergétique », la première réponse venant le plus souvent à l’esprit sera la production d’énergies renouvelables. Les énergies vertes sont en effet cruciales pour la transition énergétique : les éoliennes et les parcs solaires apportent la preuve tangible que les choses changent.

Cependant la transition énergétique ne se limite pas à de nouveaux modes de production de l’électricité. Elle concerne également de nouveaux modes d’utilisation. La transformation de la consommation sera tout aussi importante que la production renouvelable pour atteindre les objectifs climatiques.

Tout électrique

L’électrification est la clé de la décarbonation du système énergétique. Une fois qu’une chose est électrifiée, par exemple les transports ou le chauffage, les émissions au point de consommation sont éliminées, à condition que la source d’électricité soit renouvelable.

Le besoin d’électrification est urgent car une part énorme de la consommation en aval repose toujours sur des combustibles fossiles.

Pour remettre cela en perspective, près de deux tiers de la consommation énergétique finale en Europe – dans nos foyers, nos transports et nos industries – proviennent de la combustion directe de carbone sous une forme ou sous une autre. L’électricité ne représente qu’un cinquième de l’ensemble de la consommation finale.

La part de l’électricité dans la consommation finale devra progresser substantiellement si nous voulons réaliser l’objectif de limiter l’augmentation de la température moyenne de la planète bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle.

Opportunités d’électrification

Deux des principales cibles de l’électrification sont les transports et le chauffage.

Les transports présentent un vaste potentiel de décarbonation. Pour situer le contexte, l’électricité représente aujourd’hui à peine 1 % de la consommation énergétique totale des transports en Europe, notamment dans les véhicules électriques et les chemins de fer. L’électrification a donc une grande marge de progression.

L’électrification des transports est l’affaire de plusieurs décennies. Pourtant la demande créée par la charge des véhicules électriques menace déjà de saturer le réseau à certains endroits. La recherche de moyens économiques pour amener l’électricité de la turbine au bord de la route est une priorité et c’est aussi la clé pour s’attaquer aux émissions des transports européens qui dépassent un milliard de tonnes par an.

Le chauffage de l’espace et de l’eau entre pour plus de trois quarts (78,4 %) dans la consommation énergétique finale du secteur résidentiel en Europe. Aujourd’hui, la majeure partie de cette énergie provient du gaz et de pétrole. L’électrification offre donc un potentiel clair pour réduire considérablement les émissions dans ce domaine.

À l’instar des transports, l’électrification du chauffage est un projet à long terme, qui nécessite l’adaptation du parc de logements existants et des améliorations progressives de l’efficacité énergétique des nouveaux bâtiments.

De profonds changements seront également requis sur les réseaux d’énergie, qu’il va falloir renforcer de sorte qu’ils puissent supporter de nouvelles charges, notamment au moyen de pompes à chaleur géothermiques ou aérothermiques. En parallèle, il deviendra de plus en plus nécessaire de modéliser des facteurs tels que le clustering, la capacité des transformateurs et les impacts de la qualité de l’énergie.

Nouvelles technologies sur les réseaux

Les opérateurs des réseaux de transport et de distribution d’électricité sont au cœur de la transition énergétique mais font face à des défis considérables. D’une part, il leur faut augmenter la capacité des réseaux pour pouvoir répondre à une nouvelle demande. D’autre part, leurs revenus sont mis à rude épreuve.

Des technologies innovantes et économiques ont un rôle vital à jouer pour l’optimisation des réseaux et la prise en charge de cette nouvelle demande. Parmi celles-ci :

Jumeaux numériques : cette technologie permet aux opérateurs de réseaux de trouver l’équilibre optimal entre performances, dépenses d’exploitation (OPEX), dépenses d’investissement (CAPEX) et risques. Un jumeau numérique leur permet de prévoir les goulets d’étranglement et les engorgements, d’identifier les meilleurs endroits où faire peser de nouvelles charges sur des infrastructures existantes, de mobiliser les intervenants et d’optimiser leurs réseaux par des investissements ciblés, justifiés factuellement.

Systèmes de câbles sous-marins : les câbles sous-marins haute capacité sont appelés à jouer un rôle croissant dans la transition énergétique. Non seulement ces solutions haute tension économiques relient les capacités offshore aux consommateurs à terre, mais elles assurent l’interconnexion entre les pays, améliorent la compétitivité des énergies renouvelables, facilitent les marchés et renforcent la sécurité énergétique.

Solutions supraconductrices : les solutions de câbles supraconducteurs permettent de satisfaire la demande grandissante d’énergie dans les villes et sur les réseaux de transports. Les supraconducteurs sont en effet capables de transporter des courants très élevés, ce qui réduit le besoin de lignes de distribution et de transformateurs haute tension. En outre, ils occupent très peu d’espace – un aspect essentiel dans les environnements urbains – et évitent les problèmes de surchauffe et de champs électromagnétiques.

Des technologies telles que celles-ci joueront un rôle déterminant pour faciliter la transition énergétique en réduisant les coûts et en améliorant les possibilités de connexion entre les producteurs et les consommateurs d’électricité.

“ Nous avons besoin à la fois d’une vision à long terme et d’une action immédiate : nous ne pouvons attendre 2050 pour agir sur la neutralité climatique, comme si nous préparions un examen à la dernière minute. ”

Kadri Simson

Commissaire européen à l’énergie

Contact us

Sujets sur lesquels vous souhaiteriez obtenir plus d’information:

Champs obligatoires*

Veuillez vérifier les informations saisies et réessayer

Une adresse email doit contenir un seul @

Protection des données personnelles

Vous disposez d’un droit d’opposition à ce que les données à caractère personnel vous concernant fassent l’objet d’un traitement et/ou à ce qu’elles soient utilisées à des fins de prospections, notamment commerciales

Merci!

Merci pour votre message. Nous prendrons contact avec vous dans les plus brefs délais.

Erreur

Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer.

Fermer