Résultats 2017

  • Mission accomplie pour le plan Nexans in Motion après une troisième année de progrès
  • Croissance organique1de +5,1%2 tirée par les activités de haute tension sous-marine
  • Marge opérationnelle à 272 millions d’euros en hausse de 30 millions d’euros (+16% à taux de change et périmètre constants)
  • Cash-flow opérationnel de 277 millions d’euros en progression de
    53 millions d’euros
  • Résultat net part du Groupe positif de 125 millions d’euros contre
    61 millions d’euros en 2016
  • Dette nette de 332 millions d’euros, en hausse de 121 millions euros après rachat d’actions et dividendes (34 millions d’euros) et acquisitions
    (22 millions d’euros) ; taux de levier (EBITDA /dette nette) à 0,9 contre 0,8 à fin 2016
  • Proposition d’un dividende de 0,7 euro par action contre 0,5 euro pour 2016

 

Paris, le 15 février 2018 – Nexans publie ce jour ses comptes pour l’année 2017, arrêtés par le Conseil d’Administration réuni sous la Présidence de Georges Chodron de Courcel, le 14 février 2018.

 

I - Bilan de l’année 2017

Le second semestre de l’année est caractérisé par une accélération de la croissance organique à +8,2% contre +2,4% au premier semestre en dépit du ralentissement des activités en Amérique du Sud et à celles liées au secteur « Oil & Gas » en Asie.

Cette évolution est portée par la conjonction d’une forte hausse des métiers de haute tension sous-marine (+45%) qui perdure depuis le début de l’année et d’une reprise au second semestre des ventes des câbles destinés au bâtiment et aux opérateurs d’énergie.

Dans ce contexte, les performances des métiers de projets ont permis la progression de la marge opérationnelle du Groupe de 30 millions d’euros (272 millions d’euros en 2017 contre 242 millions d’euros en 2016) et un EBITDA3 en croissance de 36 millions d’euros (411 millions d’euros en 2017 contre 375 millions d’euros en 2016).

Revenant sur le bilan de l’année, Arnaud Poupart-Lafarge, Directeur Général a déclaré :

« Les résultats de l’année 2017 sont conformes aux attentes du Groupe avec une croissance soutenue des activités de projets de haute tension sous-marine et une progression de la marge opérationnelle par rapport à 2016.

L’exercice 2017 marque aussi la fin du plan stratégique triennal « Nexans in motion ». Le Groupe a accéléré sa transformation et rempli ses engagements de doubler sa profitabilité et ce en dépit de l’impact négatif de la crise pétrolière et des difficultés en Amérique du Sud estimés en 2017 à environ 50 millions d’euros.

Le Groupe a doublé son taux de retour sur capitaux employés entre 2014 et 2017 passant ainsi de 5,8% à 12,5%. Il entend maintenant mettre en œuvre le nouveau plan stratégique 2018-2022 « Paced for Growth » avec pour objectif de générer davantage de croissance et de rentabilité.

Il sera proposé à l’assemblée générale du 17 mai 2018 le versement d’un dividende de 0,7 euro par action en progression par rapport à 2016. »

 

II - Présentation détaillée de l’activité en 2017

Le chiffre d’affaires ressort à 6,370 milliards d’euros à cours des métaux courants, et à 4,571 milliards d’euros à cours des métaux constants4, soit une croissance organique de 5,1% par rapport à 2016. Après un premier semestre en croissance organique de +2,4%, le second semestre a été marqué par une accélération de la tendance haussière (+8,2%) avec une reprise d’activité sur les câbles d’énergie basse tension pour le bâtiment et de moyenne tension pour les opérateurs d’énergie.

La marge opérationnelle s’élève à 272 millions d’euros contre 242 millions d’euros en 2016 et représente 6,0% des ventes à cours des métaux constants contre 5,5% en 2016.

Ces chiffres reflètent des situations opérationnelles différenciées selon les métiers :

  • Les activités de projets de haute tension affichent une forte progression avec une croissance organique de +34,3% grâce à la bonne exécution des contrats de haute tension sous-marine (+44,9%). Fort de son carnet de commandes, le Groupe s’assure du maintien des ventes à un niveau élevé au cours des deux prochaines années.
  • Les ventes de câbles basse tension et de moyenne tension aux opérateurs d’énergie s’inscrivent en baisse annuelle organique de -3,0%. La demande de la part des distributeurs d’énergie est repartie à la hausse au cours du troisième trimestre de 2017 après deux semestres antérieurs dégradés.
  • Les ventes de câbles d’infrastructures de télécommunication s’inscrivent toujours dans une dynamique positive et ressortent en croissance organique de +10,5%. A l’inverse, le segment des câbles LAN est décroissance de -6,9% reflétant un second semestre en repli de -1,3% d’une année sur l’autre (-11,4% au premier semestre).
  • Enfin, la décroissance des activités « Oil & Gas » (câbles et projets ombilicaux) s’inscrit à -14,0% sur l’année (-31,7% au premier semestre et +14,4% au second semestre).

Concernant l’évolution de l’activité par zones géographiques :

  • En Europe, hors projets de haute tension (+36,8%) et harnais automobiles (+2,3%), l’activité se redresse (+2,7%) grâce à la progression des ventes de câbles spéciaux sur certains segments, à la reprise au deuxième semestre des ventes de câbles d’énergie pour le bâtiment et à la demande croissante des opérateurs de télécommunication.
  • L’activité en Amérique du Nord s’inscrit en contraction annuelle de -4,0%. La bonne tenue des ventes de câbles destinés aux bâtiments et aux opérateurs d’énergie ne compense pas la faiblesse des câbles et systèmes LAN.
  • La situation économique dégradée en Amérique du Sud conduit à un recul des ventes de -18,7%.
  • La zone Asie-Pacifique affiche un retrait de -1,4%. Le redémarrage de la majeure partie des activités en Chine et le gain de parts de marché en Australie et en Nouvelle-Zélande ont permis de réduire les impacts négatifs de la contraction des ventes de câbles pour chantiers navals en Corée du Sud et en Chine.
  • Les ventes dans la zone Moyen-Orient/Afrique ont progressé de +9,2%, croissance visible sur l’ensemble des pays à l’exception du Maroc.

 

Chiffres clés 2017

(en millions d'euros) A cours des métaux non ferreux constants
  2016 2017
Chiffre d’affaires 4 431 4 571
Marge opérationnelle 242 272
Taux de marge opérationnelle (% des ventes) 5,5% 6,0%
Résultat net (part du Groupe) 61 125

 

Chiffre d’affaires par métier

  2016 2017   Croissance
organique
(en millions d'euros)  A cours des métaux
non ferreux constants
A cours des métaux non
ferreux constants
 
Transmission, Distribution et Opérateurs 1 842 2 029   13,0%
Transmission       34,3%
Distribution et Opérateurs       -0,8%
Industrie 1 171 1 126   -1,6%
Distributeurs et Installateurs 1 127 1 125   0,9%
Autres 291 290   -0,5%
Total Groupe 4 431 4 571   5,1%

 

Marge opérationnelle par métier

(en millions d'euros) 2016 2017
Transmission, Distribution et Opérateurs 122 155
Industrie 59 56
Distributeurs et Installateurs 78 53
Autres (17) 7
Total Groupe 242 272

 

Les initiatives stratégiques lancées au cours du plan « Nexans in motion » ont permis une amélioration de la marge opérationnelle de 333 millions d’euros entre 2014 et 2017 avec toutefois des différences dans le mix des actions. Le Groupe a l’intention de poursuivre ces initiatives dans le cadre du nouveau plan stratégique 2018-2022 au travers d’actions de compétitivité de coûts dont l’impact global pourra atteindre 270 à 290 millions d’euros sur cinq ans.

  • Les actions de réduction de Frais Fixes ont contribué à la progression de la marge opérationnelle à hauteur de 31 millions d’euros avant inflation contre 22 millions d’euros dégagés en 2016.
    Au total, l’impact des efforts de productivité des frais fixes est évalué à 115 millions d’euros au cours des trois dernières années.
  • L’impact net des économies de Coûts Variables (réduction des coûts d’achat et le renforcement des plans d’efficacité industrielle) sur la marge opérationnelle ressort à 26 millions d’euros, s’ajoutant aux 58 millions d’euros en 2016. Les hausses de prix des matières chimiques et plastiques au cours de l’année ont été intégrées avec un décalage dans les prix de vente, entrainant une réduction de coûts variables plus limitée.
    Le Groupe a délivré au cours de ses trois dernières années 94 millions d’euros de réduction sur coûts variables.
  • Les actions de « Market leadership » ont eu un impact positif de 51 millions d’euros sur la marge opérationnelle. Les bonnes performances de la haute tension sous-marine et des ventes aux opérateurs de télécommunication ont compensé les baisses d’activité en Amérique du Nord et du Sud.
    Le cumul sur la période de trois ans s’élève à 124 millions d’euros, la contraction des activités « Oil & Gas » ayant minoré la contribution positive des segments de haute tension et de télécommunication.

Enfin, l’effet de ciseau des coûts et des prix a atteint 208 millions d’euros sur la période 2015 à 2017 dont 77 millions d’euros pour l’année 2017.

 

Analyse détaillée par métier

 

Transmission, Distribution et Opérateurs

Le chiffre d’affaires de l’activité Transmission, Distribution et Opérateurs s’élève à
2 387 millions d’euros à cours des métaux courants et 2 029 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une croissance organique de +13,0%. Ce résultat combine dynamisme des métiers de projets (+34,3%) et stabilité des ventes du segment Distribution et Opérateurs.

Haute tension terrestre

Le redressement entamé au premier trimestre 2017 se poursuit et l’exercice s’achève sur une croissance organique de 9,5% tirée par la zone Europe. La charge des usines de Yanggu en Chine et aux Etats-Unis reste insuffisante.

La marge opérationnelle demeure négative, la rentabilité de l’Europe ne couvrant pas les pertes de l’usine de Goose Creek. Il a été décidé de transformer cette usine en une usine de câble sous-marin, ce qui permettra à la fois de répondre au besoin de capacités supplémentaires de l’activité sous-marine à un moindre coût et de garantir la rentabilité de cet actif.

Haute tension sous-marine

Le segment des activités sous-marines présente une croissance organique de +44,9%. Les usines sont totalement chargées dans le domaine des câbles sous-marins, et l’activité d’installation atteint un niveau historiquement élevé, près de deux fois supérieur à 2016, nécessitant le recours à un second navire de pose.

Dans le domaine O&G, les systèmes DEH et les ombilicaux progressent plus modestement (+5,4%). Au total, 2017 a vu les livraisons sur contrats se poursuivre conformément aux prévisions tant en termes de chiffre d’affaires que de marge à terminaison.

Plusieurs initiatives d’augmentation capacitaire ont été lancées au cours de l’exercice : rachat des actifs de NVC précédemment en joint-venture avec Viscas, extension du site de Goose Creek et décision de dédier l’usine aux activités sous-marines (projet de deux ans), mise en chantier d’un nouveau navire de pose, etc. Le délai nécessaire à leur mise en service fait entrevoir une accélération pour 2020-2022, après des années 2018-2019 à des niveaux proches du point haut de 2017.

Distribution

Après deux semestres de recul, les ventes de câbles de distribution se rétablissent avec une croissance organique de -3,0% d’une année sur l’autre (+4,8% au second semestre de 2017 contre -9,7% au premier semestre de 2017).

En Europe, la reprise de la demande de la part des opérateurs d’énergie amorcée au troisième trimestre de 2017 se poursuit (croissance de +9,9% au deuxième semestre de 2017 contre -17,7% au premier semestre). Dans l’ensemble, la situation a été difficile en Allemagne, Italie, Grèce et dans les pays nordiques. La restructuration industrielle effectuée il y a deux ans a permis de maintenir l’activité au-dessus du point mort.

Les autres zones s’inscrivent en croissance à l’exception de l’Amérique du Sud où le Brésil reste impacté par l’absence de contrats de lignes aériennes et la faiblesse des investissements au Chili.

Sur la zone Asie-Pacifique, la progression des ventes est positive mais limitée en Chine et plus importante en Australie et en Nouvelle Zélande, où le Groupe regagne des parts de marché.

Au total de l’activité, la performance négative de l’Amérique du Sud pèse sur la marge opérationnelle.

Opérateurs

Les ventes aux opérateurs de télécommunication affichent une croissance organique de +10,5% d’une année sur l’autre. Cette évolution concerne toutes les zones et s’accompagne d’une augmentation de la marge opérationnelle poussée par la demande accrue de câbles en fibre optique et en accessoires télécom.

La marge opérationnelle de l’activité Transmission, Distribution et Opérateurs s’établit à 155 millions d’euros soit 7,7% des ventes à cours des métaux constants contre 6,6% en 2016.

 

Industrie

Le chiffre d’affaires de l’activité Industrie s’élève à 1 332 millions d’euros à cours des métaux courants et 1 126 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une décroissance organique de -1,6%.

Les ventes de faisceaux pour l’automobile progressent de +2,3%. Le Groupe investit en coût de développement de nouveaux modèles, notamment pour les véhicules hybrides et électriques. Les initiatives d’optimisation des coûts de production en Europe se poursuivent en répartissant la charge entre les usines situées en Europe de l’Est et celles situées en Tunisie.

L’activité des autres câbles industriels est en décroissance de -4,0% en raison de la faiblesse des activités liées au secteur des câbles pour « Oil & Gas » (-30,1%), surtout en Asie.

Ainsi, en Corée du Sud, la diminution des ventes destinées aux chantiers navals atteint  -32,0% par rapport à 2016. En Chine, les câbles pour l’industrie navale connaissent le même type d’évolution, mais le redémarrage des activités ferroviaires (progression de +12,4%) et la finalisation de la nouvelle usine de Suzhou permettent une forte amélioration de la rentabilité.

En Europe, la croissance organique est de +4,1% grâce au dynamisme des câbles pour réseaux ferroviaires et d’automatisme. Les autres segments phares tels que les renouvelables et l’aéronautique atteignent un palier mais restent positifs au total de l’année.

En Amérique du Nord, AmerCable poursuit son redressement entamé au début de l’année (+6,9% en 2017), bénéficiant d’une reprise sur les marchés des câbles pour l’extraction minière (+18,4% au total de l’année), alors que les ventes des câbles d’extraction « Oil & Gas » se stabilisent au niveau de l’an passé.

La marge opérationnelle est de 56 millions d’euros contre 59 millions d’euros en 2016, stable à 5%. L’érosion des marges sur les faisceaux automobiles et la détérioration continue des activités liées au secteur « Oil & Gas » sont compensées par la progression des marges des autres câbles industriels.

 

Distributeurs et Installateurs

L’activité « Distributeurs et Installateurs » affiche un chiffre d’affaires de 1 823 millions d’euros à cours des métaux courants et 1 125 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une croissance organique de +0,9%, résultant d’une tendance contraire entre câbles d’énergie et câbles LAN.

Les ventes de câbles d’énergie destinés au bâtiment présentent une croissance organique positive au total de l’année, alors que cette dernière était nulle à fin juin. En effet, l’accélération du deuxième semestre est marquante, la croissance passant de      -0,4% au premier semestre de 2017 à +3,5% en fin d’année. La progression touche toutes les zones géographiques à l’exception de l’Amérique du Sud où la demande demeure atone.

En Europe, après l’entrée en vigueur du Règlement sur les Produits de Construction (CPR), la reprise est sensible dans la plupart des pays et notamment en France. Les marges sont globalement stables d’une année sur l’autre mais en progression sur le second semestre. L’évolution de gamme ne s’est pas encore traduite par une prime sur les marges.

Dans la zone Amérique du Nord, les ventes sont comparables d’un semestre à l’autre (+2,0% d’une année à l’autre). La croissance demeure plus robuste aux USA qu’au Canada, bien que les volumes y aient aussi repris au deuxième semestre. La profitabilité est en baisse, des variations de prix du cuivre n’ayant pu être répercutées aux clients qu’avec délai.

Dans les autres zones, la croissance enregistrée depuis le début de l’année se confirme notamment dans la zone Moyen-Orient/Afrique qui bénéficie de la bonne dynamique des marchés libanais et turc.

Les ventes de câbles et systèmes LAN ont poursuivi au second semestre 2017 le ralentissement entamé au second semestre de 2016. La décroissance organique est de -6,9% d’une année sur l’autre, mais la tendance se stabilise au second semestre à   -1,3%. Les zones Europe, Asie-Pacifique, Amérique du Sud et Moyen-Orient/Afrique s’inscrivent à nouveau en croissance au deuxième semestre.

En Chine, le Groupe a installé un atelier d’assemblage de fibre et de connectique optique répondant à la demande locale.

En Amérique du Nord, où le Groupe tient des positions fortes (et qui représente environ 50% du total du segment), le marché est en baisse. La réduction des volumes associée à une pression sur les prix, impacte négativement les marges aux Etats-Unis.

Dans ce contexte, la marge opérationnelle faiblit et ressort à 53 millions d’euros soit 4,7% des ventes à cours du cuivre constant alors qu’elle était de 78 millions d’euros en 2016.

 

Autres

Les ventes externes de fils machine en cuivre affichent un chiffre d’affaires de 828 millions d’euros à cours des métaux courants et 290 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une décroissance organique de -0,5%.

La marge opérationnelle de cette activité Autres est de 7 millions d’euros contre
 -17 millions d’euros en 2016. Ce niveau positif s’explique d’une part, par la compensation entre les coûts centraux non allouables aux métiers et le profit dégagé sur la vente de fils de cuivre et d’autre part, par la reprise de provisions.

 

III - Analyse du résultat net et autres agrégats financiers

(en millions d'euros) 2016 2017
Marge opérationnelle 242 272
Effet Stock Outil (6) 64
Coûts de restructuration (33) (37)
Autres produits et charges opérationnels (22) (19)
Dont dépréciations d’actifs nets (8) (8)
Dont autres produits et charges opérationnels (14) (11)
Quote-part dans les résultats nets des entreprises associées 4 2
Résultat opérationnel 185 281
Charge financière nette (88) (62)
Impôts (37) (91)
Résultat net (part du Groupe) 61 125

Le résultat opérationnel du Groupe s’établit à 281 millions d’euros en 2017 contre    185 millions d’euros en 2016, dont les variations sont les suivantes :

  • L’effet « Stock Outil » est positif de 64 millions d’euros contre une charge de       6 millions d’euros en 2016, lié à la hausse du prix du cuivre commencée en novembre 2016 et qui s’est poursuivie tout au long de l’exercice.
  • Les charges de restructuration s’élèvent à 37 millions d’euros en 2017 contre 33 millions d’euros en 2016. Elles correspondent aux coûts liés à la fermeture d’usines en Belgique (harnais industriels) et au Brésil et aux coûts non provisionnables des plans déjà lancés.
  • Comme en 2016, les dépréciations d’actifs de 8 millions d’euros concernent les actifs incorporels en Asie-Pacifique.
  • Les autres produits et charges opérationnels correspondent à une charge nette de 19 millions d’euros contre 22 millions d’euros en 2016. Ils incluent notamment une dotation de provisions relatives aux enquêtes des autorités de la concurrence de 6 millions d’euros et des honoraires pour opérations d’acquisition du même montant.

La charge financière nette est de 62 millions d’euros contre 88 millions d’euros en 2016. Cette décroissance résulte principalement d’une baisse de la charge d’intérêt sur la dette du Groupe (-8 millions d’euros), et d’un résultat de change positif de 3 millions contre une perte de 7 millions en 2016.

La charge d’impôts s’élève à 91 millions d’euros contre 37 millions en 2016. Cette hausse provient principalement de l’augmentation du résultat courant avant impôt de 122 millions d’euros et de l’impact négatif des réformes fiscales américaines et belges sur la valeur au bilan des impôts différés actifs pour environ 15 millions d’euros.

Le résultat net part du Groupe ressort à 125 millions d’euros en hausse de 64 millions d’euros par rapport à 2016 (61 millions d’euros).

Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale de procéder à la distribution d’un dividende de 0,7 euro par action au titre de l’exercice 2017.

La dette nette s’établit à 332 millions d’euros au 31 décembre 2017 contre
211 millions d’euros au 31 décembre 2016. Cette hausse résulte principalement des éléments suivants :

  • La génération d’un cash-flow opérationnel de 277 millions d’euros, en augmentation de 53 millions d’euros par rapport à l’exercice 2016.
  • Des décaissements pour restructuration de 63 millions d’euros contre 86 millions d’euro en 2016.
  • Des décaissements pour investissements, nets de cession, de 161 millions d’euros, en hausse de 26 millions d’euros par rapport à 2016.
  • Une augmentation du besoin en fonds de roulement de 111 millions provenant des activités « câbles » du Groupe. Cette évolution résulte de courbes cash moins favorables qu’en 2016 et de la croissance observée sur le quatrième trimestre 2017. Par ailleurs, le besoin en fonds de roulement des projets est resté stable par rapport à 2016 bien que l’activité ait été en forte progression cette année.
  • Des paiements de dividendes (23 millions d’euros), du rachat d’actions propres (11 millions d’euros) et d’acquisitions (22 millions d’euros).
  • Le ratio de levier financier (EBITDA/dette nette) ressort à 0,9 contre 0,8 à fin 2016.

 

IV – La vision du Groupe « Paced for Growth » en actions

Le plan stratégique quinquennal 2018-2022 « Paced for Growth » présenté le 13 décembre dernier ouvre la voie à une croissance durable et rentable sur la période. Le Groupe se fixe ainsi pour ambition à horizon 2022 d’accroître ses revenus de 25% sur la base de son périmètre actuel d’activités - soit une progression de 4,6 à 6 milliards d’euros de ventes à prix des métaux constants, d’augmenter de 50% son EBITDA équivalent à environ 600 millions d’euros et délivrer un taux de retour sur capitaux employés supérieur à 15%.

Les activités opérationnelles ont été redéfinies en quatre nouveaux segments avec une stratégie dédiée et qui repose sur des leviers de croissance identifiés (voir en annexe les ventes et la marge opérationnelle pro forma selon cette nouvelle définition).

  • Le segment « Bâtiment et Territoires » regroupe les activités actuelles de ventes de câbles destinés aux bâtiments (Distributeurs) et aux opérateurs d’énergie (Distribution). Les perspectives de croissance de ce segment sont modérées dans les économies matures. Néanmoins, les défis futurs tels que le développement des villes intelligentes, la transition énergétique et la mobilité électrique, etc. créent de nouvelles opportunités qui, associées à une forte discipline des coûts permettent de viser la croissance rentable.
  • Dans le segment « Haute tension et Projets », le Groupe ambitionne de poursuivre l’exploitation de son avantage compétitif. La croissance sera stimulée par la transition énergétique en Europe, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique notamment grâce à un important portefeuille de parcs éoliens offshore et de projets d'interconnexion. Les investissements passés et futurs permettront l’augmentation des capacités de production, d’installation et de recherche et développement afin de servir les importantes perspectives de croissance.
  • Dans le segment « Télécommunication et Données », le Groupe entend doubler de taille avec une offre de connectivité point à point unique (infrastructure de télécommunication et de câblage de données) et répondre ainsi à la demande de bande passante en progression exponentielle.
  • Enfin, dans le segment « Industrie et Solutions », la mobilité mondiale, la production d'électricité et l'industrie 4.0 stimulent la croissance. Le Groupe se concentrera sur le développement des segments où son avantage compétitif est le plus fort. L’aéronautique, le ferroviaire, les renouvelables, l’automatisation et les câbles pour raffinerie pétrolières sont autant d’exemples de produits à forte valeur ajoutée.

La réussite de ce plan qui se définit par la génération de croissance repose sur les capacités d'innovation du Groupe au-delà du câble, la transformation numérique pour soutenir le développement des ventes ainsi que la poursuite des efforts de réduction des coûts et d’augmentation de la productivité (meilleure gestion des actifs et optimisation de la production). Le Groupe entend également apporter une attention particulière à l’allocation du capital (acquisitions), des talents (recrutement) ainsi qu’au respect de la responsabilité sociale des entreprises (RSE).

Par ailleurs, le fort engagement RSE de Nexans, profondément inscrit dans le plan stratégique « Paced for Growth » se retrouve dans « Transitions », le premier rapport intégré du Groupe publié ce jour.

 

V- Augmentation de capital réservée aux salariés de Nexans

Nexans annonce son intention de lancer au cours du premier semestre 2018 une opération d’actionnariat salarié au moyen d’une augmentation de capital réservée aux salariés du Groupe d’un maximum de 400 000 actions nouvelles et d’une émission de 100 000 actions nouvelles supplémentaires réservées à la banque structurante conformément aux 20ème et 21ème résolutions adoptées par l’Assemblée Générale des actionnaires du 11 mai 2017. Il s’agirait de la huitième opération d’actionnariat salarié menée par le Groupe sur un périmètre international. Les salariés se verraient ainsi offrir la possibilité de souscrire à une formule structurée dite « à effet de levier » leur offrant une garantie du montant investi. Les actions seront souscrites à un prix unitaire comprenant une décote de 20% par rapport au cours de référence.

Cette démarche traduit le souhait de Nexans d’associer plus étroitement ses collaborateurs à travers le monde, au développement et aux résultats futurs du Groupe. Les salariés seront informés ultérieurement des modalités détaillées de l’opération intitulée «Act 2018» qui feront l’objet d’un communiqué. L’émission des actions est prévue au mois de juillet 2018.

La présentation des résultats sera disponible ce jour à partir de 7h30 sur le site internet de Nexans www.nexans.com. Elle intègre en annexe le chiffre d’affaires et la marge opérationnelle 2017 selon la nouvelle segmentation adoptée pour 2018 et au-delà, ainsi qu'une introduction à l'application en 2018 des nouvelles normes IRFS 15.

Une session de Questions / Réponses par conférence téléphonique (en anglais) est organisée ce jour à 9h (Heure de Paris).

Pour y participer, composer le n° suivant et demander "Nexans Conference Call" :

  • depuis la France : +33 (0)1 76 77 22 74 
  • depuis les autres pays Européens: +44 (0)330 336 9105 
  • depuis les Etats-Unis : + 1646 828 8143

Code de confirmation : 1599232

 

Calendrier financier

  • 3 mai 2018 :        Information financière du premier trimestre 2018
  • 17 mai 2018:       Assemblée Générale des actionnaires
  • 26 juillet 2018:    Résultats du premier semestre 2018

 

 

Note: Les écarts éventuels sont liés aux arrondis

Les informations de nature prospective contenues dans ce communiqué sont fonction de risques et incertitudes, connus ou inconnus à ce jour, qui peuvent avoir un impact significatif sur les performances futures de la Société.

Le lecteur est également invité à consulter le site Internet du Groupe sur lequel sont disponibles en particulier la présentation aux analystes des résultats annuels, les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2017 et le document de référence 2017 où figurent les facteurs de risque du Groupe, notamment confirmation des risques liés aux enquêtes des autorités de la concurrence lancées en 2009, ainsi que les perspectives 2018-2022 et les incertitudes y afférentes.

Les éléments majeurs d’incertitudes pour l’exercice 2018 et les années suivantes concernent notamment :

  • L’évolution des prix du pétrole et du gaz impactant les investissements dans l’exploration-production
  • La situation politique et économique en Amérique du Sud, dont l’instabilité impacte le marché de la construction et les grands projets d’infrastructure, générant aussi, par ailleurs, une volatilité des devises et une hausse du risque de crédit
  •  La crise politique entre le Qatar et ses voisins du Conseil de Coopération du Golfe (GCC), l’instabilité politique en Libye et en Côte d’Ivoire, et les tensions géopolitiques persistantes au Liban, dans les pays du golfe arabo-persique et dans la péninsule coréenne
  •  Le maintien de taux de croissance élevés dans les segments de marché liés aux data centers, aux énergies renouvelables et aux transports
  • L’environnement économique et politique aux Etats-Unis et en Europe avec notamment des évolutions significatives possibles dans la politique commerciale américaine d’une part, et les conséquences potentielles du Brexit et de la crise catalane d’autre part
  • L’impact de l’évolution des taux de change sur la conversion des états financiers des filiales du Groupe situées hors de la zone euro
  • Les risques intrinsèques liés à l’exécution des grands projets haute tension sous-marins clés en mains, risques accrus dans les années à venir par la concentration de cette activité sur un nombre réduit de projets de grande ampleur (Beatrice, Nordlink, NSL, East Anglia One, Dolwin 6, qui sera la première liaison haute tension à courant continu à isolant extrudé réalisée par le Groupe) et la forte charge des usines concernées
  • Le risque que certains des programmes d’amélioration de la compétitivité du Groupe, certains de ses programmes de R&D et d’innovation ou certains de ses plans de développement commercial sur de nouveaux marchés prennent du retard ou n’atteignent pas pleinement les objectifs visés
  • Les risques intrinsèques, notamment de tenue des délais, liés à la réalisation de grands projets d’investissement tels la construction d’un nouveau navire de pose de câbles sous-marins ou l’extension de l‘usine nord-américaine de Goose Creek pour y produire à terme des câbles sous-marins haute tension, sachant que ces deux investissements sont clés pour l’atteinte des objectifs du groupe à l’horizon 2021-2022.

 

 

1/ La croissance organique est définie comme la différence calculée sur le chiffre d’affaires standard (à cours des métaux non ferreux constants) entre la période actuelle et la période de référence à laquelle sont appliqués les taux de change actuels sur le périmètre actuel.

2/ Le chiffre d’affaires de l’année 2017 à données comparables correspond au chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, retraité des effets de change et de périmètre. Sur le chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, les effets de change s’élèvent à -26 millions d’euros, et les effets de périmètre à -57 millions d’euros.

3/ L’EBITDA consolidé s’entend comme la somme de la marge opérationnelle et des dotations aux amortissements sur immobilisations.

4/ Pour neutraliser l’effet des variations des cours des métaux non ferreux et mesurer ainsi l’évolution effective de son activité, Nexans établit également son chiffre d’affaires à cours du cuivre et de l’aluminium constants.

 

 

Annexes

  1. Compte de résultat consolidé
  2. Etat du Résultat Global consolidé
  3. Etat de la Situation Financière consolidée
  4. Tableau des flux de trésorerie consolidés
  5. Informations par segment opérationnel
  6. Informations pour les principaux pays
  7. Informations pour les clients principaux
  8. Chiffre d’affaires selon nouvelle segmentation
  9. Croissance organique selon nouvelle segmentation
  10.  Profitabilité selon nouvelle segmentation

Les procédures d’audit ont été effectuées et le rapport d’audit est en cours d’émission.

Documents Connexes

Vos Contacts

Michel Gédéon Relations investisseurs
Téléphone +33 1 78 15 05 41
Michel.Gedeon@nexans.com
Paul Floren Corporate Communication
Téléphone +33 1 78 15 04 78
paul.floren@nexans.com
Marième Diop Financial Communication
Téléphone +33 1 78 15 05 40
marieme.diop@nexans.com
Angéline Afanoukoe Relations presse
Téléphone +33 1 78 15 04 67
Angeline.afanoukoe@nexans.com

A propos de Nexans

Leader mondial des solutions de câblage et de connectivité avancées, Nexans donne de l’énergie à la vie par une large gamme de produits de haute qualité et des services novateurs. Depuis plus d’un siècle, Nexans se démarque par sa capacité d’innovation qui lui permet de tracer aux côtés de ses clients un avenir plus sûr, plus intelligent et plus fructueux. Aujourd’hui acteur de la transition énergétique et de la croissance exponentielle du volume des données, le groupe Nexans accompagne ses clients dans quatre principaux domaines d’activités : Bâtiment et Territoires (notamment les équipements, les réseaux intelligents, l’e-mobilité), Haute Tension & Grands Projets (notamment les fermes éoliennes offshore, les interconnexions sous-marines, la haute tension terrestre), Télécommunications & Données (notamment la transmission de données, les réseaux de télécommunications, les centres de données géants (hyperscale), les solutions de câblage LAN) et Industrie & Solutions (notamment les énergies renouvelables, les transports, le secteur pétrolier et gazier, l’automatisation). La Responsabilité Sociale d’Entreprise est au cœur des principes appliqués par Nexans dans ses activités et ses pratiques internes. En 2013, Nexans est devenu le premier acteur de l'industrie du câble à créer une Fondation d'entreprise destinée à soutenir des actions en faveur de l'accès à l'énergie pour les populations défavorisées à travers le monde. L’engagement du Groupe en faveur du développement de câbles éthiques, durables et de haute qualité sous-tend sa participation active à diverses associations majeures du secteur telles que Europacable, la National Electrical Manufacturers Association (NEMA), la Fédération Internationale des Fabricants de Câbles (ICF), ou le Conseil international des grands réseaux électriques (CIGRÉ) pour n’en mentionner que quelques-unes. Fort d’une présence industrielle dans 34 pays et d’activités commerciales dans le monde entier, Nexans emploie près de 26 000 personnes. En 2017, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 6,4 milliards d’euros. Nexans est coté sur le marché Euronext Paris, compartiment A. Pour plus d’informations : www.nexans.com